Onavo Protect – Le VPN qui vous traque pour le compte de Facebook

J’ai appris via Techcrunch que Facebook faisait maintenant la promo dans son application mobile, d’une autre application baptisée « Protect » qui est tout simplement un VPN.

Facebook a racheté le service de VPN Onavo Protect en 2013 pour une simple raison : Vous traquer encore plus.

Je vous explique… Lorsque vous utilisez un VPN, l’ensemble de votre connexion au net transite de manière chiffrée par un serveur tiers. Ce qui veut dire que seul votre fournisseur VPN connaît le contenu de vos paquets IP et les méchants qui s’incrustent entre vous et ce fournisseur de VPN ne peuvent observer que des données chiffrées.

Le VPN est donc super pratique pour anonymiser un peu son usage d’internet, pour se protéger du tracking publicitaire (puisque vous changez souvent d’IP, et passez parfois par différents pays), et surtout pour utiliser par exemple des connexions wifi d’hôtel sans subir un Man In The Middle.

Et Onavo Protect ne fait pas exception à la règle comme vous pouvez le voir dans sa description. Et si Facebook n’était pas derrière, Onavo ne serait qu’un VPN de plus dans la galaxie des services de ce genre.

Seulement voilà, quand on creuse dans les petites lignes d’Onavo Protect, il est clairement indiqué ceci :

When you use our VPN, we collect all the info that is sent to, and received from, your mobile device. This includes info about: your device and its location, apps installed on your device and how often you use those apps, the websites you visit, and the amount of data you use.

This helps us improve and operate the Onavo service by analyzing your use of websites, apps and data. Because we’re part of Facebook, we also use this info to improve Facebook products and services, gain insights into the products and services people value, and build better experiences.

Pour les non-anglophones, ce que ça veut dire c’est qu’Onavo collecte tout un tas de données sur vos usages : Le type de téléphone que vous avez, votre géolocalisation, les applications installées, combien de fois vous les utilisez, les sites web que vous regardez, et la quantité de données que vous cramez.

Et puis après, c’est écrit noir sur blanc et sans pudeur aucune que cette collecte de données aide à améliorer les services d’Onavo MAIS AUSSI (et c’est là où c’est fun) les services de FACEBOOK, car vous comprenez, on est une société appartenant à Facebook et bla-bla-bla expérience utilisateur bla-bla-bla.

Bah oui tranquille. Tiens ça me fait un peu penser aux transmissions de données utilisateurs entre Facebook et Whatsapp que la CNIL avait ciblé.

Aurait-on le même schéma avec Onavo ?

Bon, de base, Facebook sait bien vous traquer quand vous êtes sur son site et quand vous visitez des sites qui ont intégré leurs petits boutons de partages. Mais là, avec ce client VPN, il peuvent aller encore plus loin puisqu’il peuvent connaître tout ce que vous avez sur votre téléphone (ce qu’il faisait déjà avec leur app mobile Facebook j’imagine) et en plus, comme toutes vos connexions transitent par les serveurs d’Onavo (donc de Facebook), et bien ils savent aussi exactement où vous allez et que vous faites sur le net en temps réel.

Ils sont forts chez Facebook, car imaginez toute la big data qu’ils vont pouvoir sortir de l’usage qu’on les gens de leur téléphone et de leur connexion Internet. Et tout ça sur le dos des couillons qui installeront ce truc.

Ouin.


Source: Korben.info